Uncategorized

Tout savoir sur le cash burn

Cette affirmation est souvent entendue dans le monde entrepreneurial, mais on la retrouve tout au long du cycle de vie de l’entreprise : la consommation de cash ou cash burn est l’un des indicateurs comptables les plus importants que l’entreprise doit maîtriser. Cependant, trop d’entreprises ignorent leur analyse de gestion de trésorerie. Résultat : 82 % des startups échouent à cause de problèmes de trésorerie.

Cash burn : définition

Aussi appelée « érosion du capital » en français, le cash burn correspond au cash que l’entreprise dépense chaque mois. En d’autres termes, la consommation de trésorerie est le montant que l’entreprise utilise pour payer les coûts chaque mois. C’est donc un indicateur de cash-flow négatif.

Pour un mois donné, le cash burn correspond à l’ensemble des dépenses effectuées au cours de cette période.

Ces coûts sont liés aux éléments nécessaires à l’activité, tels que les salaires, le loyer, l’électricité, les communications et les coûts des immobilisations.

Le cash burn est normal et nécessaire ; le défi pour les gestionnaires, les directeurs financiers et les trésoriers est de le prévoir et de le contrôler.

Mesurer votre cash burn est important

Au début du projet, puis tout au long du cycle de vie de l’entreprise, les managers sous-estiment parfois la consommation de cash. Si elle n’est pas ajustée à temps, cette erreur de jugement affectera toutes les décisions stratégiques. Dans tous les cas, que votre entreprise soit petite ou grande, vous devez savoir combien cela coûte.

Toute entreprise peut être confrontée à des événements imprévus qui affectent directement les flux de trésorerie. La consommation de cash est donc l’indicateur phare de sa gestion. En le calculant, vous pouvez estimer combien de temps il vous reste avant que vos fonds ne soient épuisés. Sans elle, vous risquez de mettre plus ou moins en péril votre free cash flow et donc votre activité.

Par exemple, la consommation de liquidités peut également être utilisée pour déterminer votre seuil de rentabilité ou déterminer le meilleur moment pour lever des fonds.

Au final, calculer son cash burn, c’est pouvoir agir pour le réduire ou obtenir une meilleure rentabilité.

Conseil : lors de l’élaboration d’un plan d’action, créez des scénarios à la fois optimistes et pessimistes afin de ne pas être surpris. Si cela se produit, essayez de réduire le cash burn en réorganisant la structure des coûts.

L’une des raisons d’anticiper le cash burn

Tout au long du cycle de vie de votre entreprise, la maîtrise du cash burn est important. Dès la phase de démarrage, il peut fluctuer au fur et à mesure du développement de votre activité. La prévision de votre cash burn vous permettra de prendre les meilleures décisions stratégiques et opérationnelles, et de vous protéger en cas de crise.

Au démarrage de l’entreprise

Chaque nouvelle entreprise devrait commencer par dépenser de l’argent pour démarrer une entreprise. Quelle que soit l’enveloppe de départ, vous devez connaître les postes de coûts pour élaborer un plan d’action qui génère des revenus. Parce qu’il n’y a pas d’évaluation de la consommation de trésorerie, il est impossible d’avoir un plan d’affaires.

Avec cette vision précise dès le début de l’événement, vous pouvez rapidement estimer le nombre de mois ou d’années sans revenu ou la date du seuil de rentabilité.

La prévision de cash burn vous permet également de déterminer si vous avez besoin de lever des fonds. Nul doute que la première question d’un potentiel investisseur ou business angels portera sur votre consommation de cash !

 

 

 

<<< N’hésitez pas à cliquer ici pour d’autres articles. >>>

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *